Plan du site | | Contact

ARCEP

 
« décembre 2020 »
L M M J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
 
Visite de la Cité de l’Espace
Dimanche 14 février 2021 14:00-17:00
Escapade à Saint-Cirq Lapopie
Dimanche 13 juin 2021 08:30-18:00

"Escalade" à Montségur, oct. 2020


C’était haut… très haut…

Par une belle matinée automnale nous étions une vingtaine d’Arcépiens à partir à l’assaut de la forteresse quasi imprenable de Montségur.

Notre guide Mélanie nous attendait au pied du pog (piton rocheux en occitan) pour nous rappeler l’histoire des cathares et le fondement de cette religion ainsi que l’histoire de ce castrum signalé dès le XIIe siècle comme appartenant à la famille de Péreille. Au début du XIIIe siècle, la communauté cathare du Languedoc demande au Sieur de Péreille de reconstituer le château et de mettre en défense l’ensemble du pog. Alors, pas moins de 600 personnes vivaient sur le site.

Après un arrêt à la stèle commémorative du bûcher nous entreprîmes la montée vers ce nid d’aigle juché à 1200m d’altitude. Certains, montagnards aguerris, n’eurent aucune peine pour grimper, presque comme des gazelles, jusqu’au castrum, sur ce sentier creusé à même la roche par les « Parfaits » et qui est resté le même jusqu’à nos jours.

D’autres mirent un tout petit plus de temps… Il faut dire que 170 m de dénivelé sur 700m, c’est pas rien ! Cela nous a permis d’admirer les vestiges des remparts construits pour défende Montségur siège de l’église cathare et refuge des « faydits », ces seigneurs qui avaient été dépossédés de leurs terres par les Croisades. 

Arrivés au château, nous restons bouche bée devant ce magnifique paysage allant des montagnes Pyrénéennes enneigées aux vallées de Lavelanet/Mirepoix, en passant par le pic de Bugarrach. 

Nous ne sommes pas seuls… on se croirait à Roquettes le jour de la fête du village…. Et tout à coup, nous entendons des voix mélodieuses s’échapper de la salle du « sacrement » (en fait, de la salle basse du donjon). Il s’agit d’un groupe cosmopolite, d’une trentaine de personnes, qui effectuent leur pèlerinage annuel dans ce haut lieu du catharisme.

Après une descente presqu’aussi difficile que la montée et surtout encombrée par de nombreux promeneurs, nous avons pu piqueniquer dans la prairie au bas du pog où, peut-être, eut lieu le bûcher sur lequel périrent plus de 220 cathares le 16 mars 1244 après un siège de 10 mois et qu’on appela le « Camps dels Crémats ».

Après ce petit intermède nécessaire à la reconstitution de notre énergie, nous avons pu visiter le musée du catharisme qui offre des pièces archéologiques provenant des fouilles entreprises depuis plus de 50 ans sur les flancs du pog ainsi que des maquettes du castrum au temps des cathares et des panneaux retraçant les différents épisodes de la guerre contre les Albigeois. Cependant les pièces les plus remarquables de ce musée sont 2 squelettes d’un homme et d’une femme enterrés près du château et qui montrent chacun une pointe de flèche témoignant que cet homme et cette femme ont vraisemblablement été tués lors du siège de Montségur .

Le beau soleil d’Automne bien présent nous a invité à déambuler dans le charmant village de Montségur situé en contrebas du pog. Il présente toutes ses maisons alignées suivant les courbes de niveau ce qui lui confère un aspect architectural typique.

Pour clôturer cette journée, il ne nous restait plus qu’à découvrir la fontaine intermittente de Fontestorbes près de Bélesta. Manque de chance, elle n’avait pas prévu de s’arrêter de couler en notre présence !

Merci à Yolande et à Jean Louis d’avoir organisé cette belle journée.

 

Colette

(photos JL.A. & C.R.)


calle

Documents joints


Découverte de Montségur
PDF - 777.8 ko
calle