Plan du site | | Contact

ARCEP

 
« décembre 2017 »
L M M J V S D
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
 
Galette de l’ARCEP
Jeudi 11 janvier 2018 20:00-22:00
Visite de l’usine du Bazacle, Toulouse
Dimanche 21 janvier 2018 14:00-17:00
Fête des Lanternes à Gaillac
Mardi 23 janvier 2018 17:00-22:00
Visite du musée Georges Labit à Toulouse
Dimanche 11 février 2018 14:00-17:30
Sortie autour d’Ambialet (Tarn)
Dimanche 25 mars 2018 08:30-17:30
Brèves

Découverte de Lavaur (Tarn)


Ce dimanche 5 juin, les ARCEPIENS avaient un rendez-vous, et pas avec n’importe qui ! avec le Jacquemart à LAVAUR !

Le Jacquemart ? C’est lui qui fixe les heures des rendez-vous. Il fallut en tenir compte pour organiser la journée car il ne fallait à aucun prix le manquer, mais aussi en profiter pour visiter la ville et ses alentours qui ne manquent pas d’intérêt.

Partant du château de Roquettes, notre point de ralliement habituel, nous prîmes la route dès 8h30. Le ciel était plutôt menaçant, de cela on commence à être bien habitués, mais nous les Arcépiens, par chance, nous arrivons la plupart du temps à échapper à la pluie.

Pour nous mettre en forme, rien de tel qu’une bonne petite marche de 6 kms, sur le « sentier de la plaine d’Agout » à Saint-Lieux-les-Lavaur. Sans difficulté aucune nous avait promis Colette, notre chère Présidente et organisatrice de la journée, dans son fief, dont elle a à juste titre raison d’être fière.

La présence d’un évêque au XIVème siècle rendit nécessaire la construction de cette voie épiscopale permettant la liaison entre Montpellier et Aix. Les riverains l’utilisaient pour se rendre aux marchés de la région et pour le transport des marchandises. Son tracé sur les crêtes nous permet d’apercevoir la vallée de l’Agout. Sur notre chemin, l’Eglise Sainte-Léonce et son clocher-mur, un lavoir et quelques pigeonniers.

Après avoir bouclé la boucle, non loin des voitures, il y a un petit bois. Ici des tables et bancs de pierre bien à l’ombre -le soleil a enfin fait son apparition- semblent le lieu propice à nous accueillir pour notre halte bien méritée, apéritif, tradition oblige, et pique-nique.

Crime de lèse majesté, nous avons manqué notre rendez-vous avec les vingt quatre coups de midi du Jacquemart. Qu’importe, sa particularité étant de se manifester chaque heure avec constance, ce ne fut que partie remise pour quelques coups de moins.

Nous voilà censés avoir repris nos forces et prêts à découvrir la Capitale du Pays de Cocagne, LAVAUR.

Nous visitons la Cathédrale Saint-Alain. Construite au Moyen-âge elle abrite un orgue Cavaillé-Coll dans un magnifique buffet polychrome du XVIème siècle, et une table d’autel romane. Quelques pièces également d’un joli mobilier, dont un lutrin.

C’est ce Saint-Lieu qui abrite en haut de son clocher le Jacquemart à qui nous avions à midi posé un lapin. Nous voilà maintenant installés sur la place, les yeux levés, scrutant le personnage. La légende voudrait qu’il ait été construit par un prisonnier, condamné à sonner les cloches toutes les heures pour signaler sa présence. Il aurait alors fabriqué un automate en bois pour prendre sa place pendant qu’il se faisait la belle. A quinze heures pile il est au rendez-vous et il frappera les six coups, à savoir deux fois trois coups (deux coups par heure).

Nous déambulons ensuite dans les rues de la ville chargées d’histoire. Le centre ancien possède un riche patrimoine : de belles maisons à colombages ou pans de bois, des soleillous (greniers ouverts sur l’extérieur) ainsi que de très belles demeures des XVI et XVIIème siècles. Les quelques cours intérieures des hôtels particuliers auxquelles nous avons pu accéder sont un témoignage de la richesse des marchands et industriels de l’époque. Les photos des talentueux photographes Arcépiens sont le témoignage de notre périple.

Le XIXème siècle verra l’urbanisme ordinaire se développer et des allées promenades prendront la place des remparts.

Après une dernière visite au Jacquemart, nous nous séparons pour reprendre la route vers nos pénates.

Merci infiniment à Colette et Henri Riera de nous avoir organisé une fois de plus une belle journée. Ce fut la dernière de la saison mais pour l’année prochaine les bonnes idées d’autres échappées belles se sont déjà mises en route.

 

Annick Hamelain

 

 


calle